Le Malbec était autre fois appelé côt, l'histoire de ce changement de nom est pour le moins cocasse. Créé à Cahors, le vin de Malbec connu très tôt son heure de gloire durant le Moyen-Age. Grace à la rivière Lot, une voie commerciale a été ouverte jusqu'à Bordeaux et l'océan. Ce qui nous intéresse ici, c'est qu'en c'est temps là, l'Angleterre régnait sur la Gascogne. Cet accès à l'Atlantique a permis le transit du vin de Cahors vers Londres, où il était très apprécié. Rien n'étant éternel (ci ce n'est les diamants), ce succès passât (pour des raisons que certains voudraient incomber aux vignerons bordelais). Le cépage ce repliât, jusqu'à tomber en quasi désuétude à la fin du XiXème siècle et la crise du phylloxéra. A Cahors, les vignes avaient quasiment disparu du paysage. Deux phénomènes vont se croiser à ce moment là : Le premier, prévisible, est la replantation du vignoble grâce au greffage. Mais sans que celui-ci ne parviennent à reconquérir toutes ses anciennes parcelles.

La deuxième plus inattendu. Un médecin cadurcien partit s'exiler en Amérique du Sud, sa destination : l'Argentine. Arrivé sur place, il décidât de planter du Côt (le cépage de Cahors). Miracle, le terroir et le climat lui conviennent parfaitement. C'est ainsi que l'Argentine bien des années plus tard a rendu célèbre le nom de Malbec. En voulant surfer sur ce succès les vignerons du Lot ont également adopté ce nom, laissant en quasi-désuétude l'appellation de Côt.

A voir plus largement : http://pauseblog.com/le-vin/